Accueil > Actualités > Organisation de la filière Cola : Commerçants et exportateurs d’accords pour (...)

Organisation de la filière Cola : Commerçants et exportateurs d’accords pour une meilleure visibilité de la filière

vendredi 6 février 2015 , par Ministère du Commerce

Le Ministre Jean-Louis Billon a reçu le mercredi 04 février 2015 à son cabinet, les acteurs de la filière cola, venus solliciter son soutien, pour une bonne organisation de leur filière, afin qu’ils puissent profiter du fruit de leur labeur.

Messieurs Kéita Ibrahim et Bosso Adolphe, tous deux porte-paroles, respectivement de la fédération des commerçants et de l’Association professionnelle des exportateurs, ont à l’unisson, suggérer au Ministre la création d’un marché de gros pour une meilleure gestion des prix, et d’une unité de transformation, toutes choses qui leur permettront de sortir de l’informel et de ne plus subir les tracasseries routières dont ils victimes.

Prenant bonne de toutes ces doléances, le Ministre Jean Louis Billon les a assuré de son soutien, non sans leur promettre qu’il proposera bientôt en Conseil des ministres sur la base des statistiques sur la filière, un plan d’actions chiffré, en vue de mieux faire connaître la filière, car, a-t-il reconnu, c’est la plus grande filière agricole de la Côte d’Ivoire. Il les a exhortés à s’organiser en fédération afin de mieux défendre leurs intérêts.

Pour le Directeur général du Commerce extérieur M. Kaladji Fadiga, le défi majeur de la filière cola en Côte d’Ivoire est la création d’une interprofession qui permettra à l’État d’intervenir au niveau de toute la chaîne de valeurs afin de suivre les activités des producteurs nationaux, de maîtriser la structure des prix bord champ et à l’exportation, de créer un environnement juridique aidant à la commercialisation et enfin de réguler les activités de la filière.

La culture de la cola est jusqu’à ce jour, reléguée au rang de produit de cueillette, d’où l’inorganisation de la filière ajoutée à l’absence de politique nationale de promotion du produit qui rendent le producteur très dépendant des exportateurs qui fixent les prix comme ils l’entendent.

En outre il n’existe pas d’unité de transformation et les conditions de conservation de la noix de cola sont de type traditionnel, entrainant des pertes de produits de 30%. Pourtant la Côte d’Ivoire selon des statistiques, est le premier producteur mondial de la noix de cola en Afrique avec 67.000 tonnes, devant le Cameroun (38.000 t), le Ghana (21.000) et la Sierra Leone (5.300 t).

Source : http://commerce.gouv.ci/actualite.php?id=392