Accueil > Actualités > Café et cacao : intensification de la lute contre la fraude

Café et cacao : intensification de la lute contre la fraude

lundi 14 octobre 2013 , par Ministère du Commerce

L’Etat ivoirien, par le truchement du Conseil du café-cacao (organe de gestion de la filière), vient d’outiller des magistrats pour une plus grande maîtrise du nouveau cadre légal et réglementaire de la commercialisation du café et du cacao en vue de lutter efficacement contre les acheteurs véreux de ces deux produits de rente dont le cacao reste la première culture de rente exportée par la Côte d’Ivoire.

En prélude à l’ouverture début octobre de la campagne 2013-2014, un atelier de renforcement des capacités a réuni jeudi19 et vendredi20 septembre 2013 à Daloa (centre-ouest, 400 km d’Abidjan) une cinquantaine de magistrats des zones productrices de café et de cacao. L’Etat ivoirien a engagé en 2011 une réforme de la filière café- cacao avec un mécanisme de commercialisation basé sur la vente par anticipation d’une partie de la récolte et un "prix d’achat garanti" aux producteurs. Lors de la campagne 2012-2013, un prix d’achat garanti de 725 francs CFA le kilo a été fixé pour la campagne principale (octobre- décembre) et 700 francs CFA pour la campagne intermédiaire (avril- septembre). Pour faire respecter sur le terrain les prix fixés lors de la campagne écoulée, 368 agents du Conseil du café-cacao appuyés par 500 agents de l’Agence nationale d’appui au développement rural ( Anader) ont été commis au contrôle des prix mais également de la qualité des produits. La Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de cacao, avec 41% de l’offre mondiale, pour une production nationale de 1,4 million de tonnes de fèves.

Source : Abidjan.net