Accueil > Réglementations > COMMUNIQUE DE PRESSE - CAMPAGNE DE COMMERCIALISATION DU CAFE (...)

COMMUNIQUE DE PRESSE - CAMPAGNE DE COMMERCIALISATION DU CAFE 2013-2014

lundi 30 décembre 2013 , par Ministère du Commerce

Au titre de la campagne 2013-2014, l’Etat de Côte d’Ivoire et le Conseil du Café-Cacao consentent à faire à nouveau des efforts, afin de respecter l’engagement de servir au moins 60% du prix CAF aux producteurs, en baissant la fiscalité et la parafiscalité.

Le secteur café en Côte d’Ivoire demeure très fortement sinistré depuis près de deux décennies. En effet, le prix peu rémunérateur du café a provoqué un abandon de cette spéculation au profit d’autres cultures jugées plus rentables et plus sûres (cacao, palmier à huile, hévéa). Avec la fixation d’un prix garanti rémunérateur de 620 F CFA le kilogramme pour la campagne 2012-2013, l’on a observé un meilleur entretien des plantations qui devrait avoir pour conséquence, une augmentation de la production 2013-2014. Des actions vigoureuses doivent de ce fait être menées en permanence en vue de redynamiser ce secteur.
L’objectif global à travers le projet de relance de la caféiculture est de redynamiser le secteur du café par la création de valeur ajoutée sur le produit « origine Côte d’Ivoire ».
Au titre de la campagne 2013-2014, l’Etat de Côte d’Ivoire et le Conseil du Café-Cacao consentent à faire à nouveau des efforts, afin de respecter l’engagement de servir au moins 60% du prix CAF aux producteurs, en baissant la fiscalité et la parafiscalité.
Pour rappel la campagne dernière, la taxe d’enregistrement était passée de 5% à 0,936% et la parafiscalité du Conseil du café-Cacao de 3,281% à 1,431%.
Pour cette année, l’Etat accepte de consentir d’énormes sacrifices sur les revenus tirés de l’exportation du café en supprimant la taxe d’enregistrement, en baissant le Droit Unique de Sortie (DUS), et en supprimant la redevance relance caféière.
Il importe de relever que sans ces efforts, la baisse des prix internationaux observée depuis plusieurs mois ne permettrait pas de respecter les engagements de l’Etat vis-à-vis des producteurs.
L’Etat a donc décidé de renoncer à 6,57 milliards de F CFA en termes de fiscalité et 1,26 milliards de F CFA en termes de parafiscalité soit au total 7,83 milliards de F CFA. A cela, il faudra rajouter un soutien à apporter aux exportateurs qui oscillerait entre 11,6 et 13 milliards de F CFA. Ce qui correspond à un effort global compris entre 19,43 et 20,83 milliards pour pouvoir garantir aux producteurs le même prix bord champ que celui de la campagne précédente malgré les conditions d’un marché défavorable.
L’organisation de la campagne de commercialisation 2013-2014 du café sur l’ensemble du territoire national se présente comme suit :
un prix CAF de référence de 956,8 F CFA/Kg ;
le prix garanti bord champ aux producteurs sur toute l’étendue du territoire est fixé à 620 francs CFA/Kg pour du café séché, décortiqué et bien trié et à 357 francs CFA/Kg pour du café cerise bien séché ;
le prix entrée usine est fixé à 690 francs CFA/Kg pour du café séché, décortiqué et bien trié ;
le différentiel ramassage est fixé à 50 francs CFA/Kg ;
le coût du transport du centre de collecte à l’usine en zone portuaire est fixé à 20 francs CFA/Kg ;
un dispositif opérationnel de contrôle pour le respect du prix garanti au producteur est mis en place.
la date du 20 décembre 2013 est retenue comme date d’ouverture officielle de la campagne café 2013-2014
Nous invitons nos chers parents producteurs, à fournir du café bien séché, décortiqué et bien trié, afin de redorer le label de l’origine ivoire.
Aux acheteurs de produits et aux exportateurs, il est demandé davantage de vigilance et de rigueur sur la qualité du café à acheter, mais aussi et surtout d’observer le strict respect du prix minimum garanti.

Bonne campagne café 2013-2014

LA DIRECTION GENERALE

Source : frc.ci